Doit-on tout dire à ses enfants ?

Les récents évènements en Ukraine nous questionnent sur ce qu’il faut dire ou pas  à nos enfants ; quoi dire, comment le dire ? Exprimer ses émotions et ses ressentis en famille n’est pas simple pour tout le monde.

Le silence, source d'angoisse pour les enfants

Beaucoup de parents mettent énormément d’énergie à « prendre sur eux », à protéger leurs enfants en leur taisant leurs émotions face à certains événements, certaines difficultés, certains traumatismes… Ils enferment leurs ressentis pour que rien ne transparaisse. 

Ce n’est pas toujours la meilleure solution, même si chaque parent fait du mieux qu’il peut. 

Que ce soit un événement actuel, comme la guerre en Ukraine par exemple, un traumatisme ancien, une maladie ou encore un deuil, le silence est une stratégie qui ne s’avère pas forcément efficace car cela peut être une source d’angoisse pour les enfants.

L'expression des émotions est un outil de prévention

Qu’ils soient petits ou adolescents, les enfants sont les éponges émotionnelles de leurs parents. Et plus les parents ont des émotions fortes et difficiles, plus les enfants peuvent développer en parallèle des symptômes. Somatisation, anxiété, troubles du sommeil, troubles alimentaires, problèmes de peau…

L’expression des émotions et des ressentis, bien que pas  instinctive selon les individus, est un excellent outil de prévention.  

verbaliser désamorce le sentiment de responsabilité

Alors que faut-il dire aux enfants ? Selon l’âge, bien entendu, la réponse n’est pas la même.

Avec un bébé, il suffira simplement de lui nommer votre émotion (peur, inquiétude, colère, tristesse…) et surtout de lui dire que cela n’a rien à voir avec lui.

Puis avec un enfant un peu plus grand, vous pourrez rajouter quelques mots pour expliquer la situation, avec un vocabulaire très simple.

Enfin, avec un adolescent, vous pourrez engager une discussion en lui demandant comment lui/elle se sent par rapport à la situation qui vous provoque des émotions. Que chacun puisse s’approprier ses propres ressentis.

Cette verbalisation permet de désamorcer le sentiment de responsabilité ou de culpabilité que l’enfant peut avoir vis-à-vis de son parent en difficulté. Et surtout cela libérera les émotions bloquées.

l’APO peut être un support utile

Si ces dialogues en famille semblent difficiles à mener, l’Analyse Psycho-Organique peut être un support utile. Cette méthode thérapeutique met en lien les pensées, les émotions et les ressentis corporels. 

Grâce à son accueil bienveillant et rassurant, le thérapeute APO favorisera l’émergence de ce qui a du mal à se dire. Des liens se feront avec l’histoire familiale pour permettre d’identifier et de sentir les possibles résonances ou répétitions. 

L’Analyse Psycho-Organique peut aider les adultes et les enfants à exprimer ce qui d’habitude ne s’exprime pas.

Quand les choses sont dites, elles ne se transforment pas en symptômes. Faire circuler les émotions est essentiel et cela fait du bien à toute la famille.